Amelie Lens 12 novembre 2018

Transpiration nocturne : que faire ?

Si la transpiration est un phénomène physiologique normal, elle devrait être moindre au cours de la nuit. Si elle est excessive, on a peut-être trop fait la fête, si cette anomalie est habituelle, il peut y avoir un problème de santé. La température ambiante peut aussi être la cause d’une forte transpiration nocturne, mais occasionnelle. Voici quelques pistes pour venir à bout de ce problème.

Qu’est-ce que la transpiration nocturne ?

Il est commun de transpirer la nuit par phases de rêves ou de cauchemars. Mais en dehors de ces périodes, les glandes sudoripares sont au repos. Si la transpiration est excessive, il y a un problème et il faut en définir l’origine, on est alors confronté à un trouble du sommeil, ou à une maladie. Plusieurs facteurs physiologiques, psychologiques ou médicaux peuvent entrer en jeu.

La transpiration nocturne est aussi nommée « Sueurs nocturnes« , et qui dit sueurs, dit effort, problème de santé ou peur. Comme il est naturel de transpirer après avoir couru, mangé trop épicé, bu de l’alcool, la transpiration est aussi la conséquence d’un malaise ou d’une maladie entrainant de la fièvre. La sueur permet de réguler la température du corps en l’empêchant de monter trop haut. En recouvrant le corps d’une fine couche humide, la transpiration permet à n’importe quelle brise de le refroidir.

Si le corps élimine des toxines par la transpiration, il le fait généralement la journée. La nuit, la sueur doit être modérée. Le cœur et la respiration sont ralenties, la température corporelle baisse légèrement. Si la température de la chambre n’est pas surélevée, il n’y a aucune raison de transpirer en dehors des phases de rêves.

Les causes et les conséquences

Une personne qui transpire la nuit tout au long de l’année présente quelque problème de santé.

  • La plupart du temps, la personne souffrant de sueurs nocturnes est en surpoids. Le simple fait de se tourner dans le lit est un effort et celui-ci peut pousser à transpirer.
  • Une alimentation trop épicée peut activer les glandes sudoripares qui doivent refroidir le corps.
  • L’alcool est un facteur important. Il fait augmenter la fermentation dans le bol alimentaire, à ce stade la transpiration vient aider à la régulation de la température du corps. Une fois passé dans les intestins, la fermentation ne laisse que quelques souvenirs volatiles.
  • Lorsque l’on a de la fièvre, on transpire beaucoup, et encore plus la nuit, car souvent, on est recouvert au moins d’un drap. C’est la façon pour le corps de lutter contre la chaleur intérieure du corps. Mais on peut prendre des comprimés contre la fièvre pour éviter ce phénomène, avant d’aller dormir. On transpirera quand même mais moins.
  • Si la température de la pièce est élevée parce que c’est l’été, on est en période de canicule, ou l’on vit sous les tropiques, il faut absolument en descendre les degrés pour arriver à dormir correctement. On risque de souffrir de troubles du sommeil, juste parce qu’il fait trop chaud.
  • Les périodes de ménorrhées provoquent des montées de transpiration alors même que le corps a baissé en température. Ce phénomène hormonal est bien connu de beaucoup de femmes et jeunes filles, mais il reste très perturbant, surtout que cette transpiration touche tout le corps et donne des odeurs assez fortes et désagréables, la journée comme la nuit.
  • Lorsque l’on arrête de fumer, on cauchemarde souvent. On mène un combat contre une addiction et comme tout rêve négatif qui met en scène une lutte, on transpire. Loin des caractéristiques du sevrage alcoolique ou d’une drogue, celle-ci n’est que psychologique. On est très vite indépendant de la cigarette, la nicotine ne reste pas dans le sang, elle est rapidement évacuée. On est accroc à la gestuelle.
  • Lorsque l’on arrête l’alcool, si l’on boit énormément, il y a réellement une période de sevrage. Et là, la transpiration nocturne est vraiment très importante, mais rarement accompagnée de douleurs physiques, contrairement au sevrage de la drogue. Juste une envie irrépressible de boire n’importe quoi pour calmer cette envie et ces tremblements apparus par le manque.
  • Le sevrage des drogues plus ou moins fortes apportent non seulement des sueurs nocturnes abondantes et nauséabondes mais aussi des douleurs importantes. Il est primordial de soulager la personne avec des antalgiques forts ou de la méthadone.
  • Le stress est un facteur déclenchant de la transpiration nocturne. L’esprit est perturbé, le corps le ressent en produisant des cauchemars. Le cauchemar libère l’esprit en mettant en scène divers scenarios de la situation, mais le corps produit de la transpiration quand celle-ci est très mal vécue.

Comment éviter les transpirations nocturnes ?

Si l’on sait que l’on transpire d’une façon excessive la nuit, que ce soit pendant une maladie avec fièvre ou de façon récurrente, il y a des précautions à prendre.

  • Faire son lit de façon à éviter les sueurs nocturnes. L’alèse doit être molletonnée et surtout pas doublée imperméable, préférez alors poser une serviette de toilette épaisse sur le matelas. Pas de surmatelas plastifié, pas de draps en satin ou en synthétique, utiliser uniquement du coton ou de la soie.
  • Eviter l’alcool avant d’aller dormir, s’il aide à trouver les bras de Morphée rapidement, le sommeil ne dure pas longtemps, le réveil est à la fois brutal et résistant ! Impossible de se rendormir rapidement.
  • Le café, s’il est à proscrire avant de se coucher, il peut renforcer l’effet d’un médicament, même celui d’un cachet pour dormir.
  • Si la pièce est trop chaude, il faut la rafraichir. Elle ne devrait pas dépasser 25°C l’été, pour un bon endormissement et un bon sommeil. Il y a la climatisation qui aide bien la température à redescendre. Un ventilateur sans brumisateur ne fait que brasser l’air chaud, si l’on ne dispose pas de climatiseur, mieux vaut faire des courant d’air. On peut humidifier les rideaux de la chambre en les vaporisant mais voici une astuce : Faire tremper le bas des rideaux (filet, panneau double-rideau) dans une bassine d’eau fraiche remplie de glaçons. La capillarité fera monter l’humidité dans le rideau et l’air passant à travers rafraichit la pièce. La moustiquaire humide peut aussi apporter du confort surtout au moment de l’endormissement.
  • Un antipyrétique peut être conseillé avant de se coucher. Il est préférable d’avoir un avis médical pour une utilisation prolongée. Le médecin pourra demander à faire des examens médicaux pour rechercher la cause de ces sueurs nocturnes. L’odeur de la transpiration peut déjà être un indice sur des affections possibles: âcre, épicée, fromage, viande faisandée… peuvent concerner, l’appareil digestif, le foie, le pancréas, les glandes lymphatiques… Les cancers eux-mêmes disposent d’une odeur particulière, des chiens ont la faculté de les déceler dans la sueur du malade, avant même qu’il sache qu’il en a développé un.

La transpiration et en particulier, celle nocturne est le reflet de notre santé.

*Tousaulit est soutenu par les lecteurs. Afin de garder notre indépendance, certains liens présents dans nos comparatifs et tests sont affiliés et peuvent nous rémunérer.