Le sommeil profond : qu’est-ce que c’est ?

Le sommeil profond a un impact positif exceptionnel sur le bien-être et le fonctionnement de l’organisme en général. Il est la clé d’une nuit énergisante et réparatrice. Voici tout ce qu’il faut savoir sur cette phase, et tout ce qu’il faut faire pour bien dormir.

Les différentes phases du sommeil

Le sommeil comporte 4 à 6 cycles qui sont eux-mêmes composés de plusieurs phases. Le premier cycle comprend l’endormissement, suivi d’une phase de sommeil lent et terminé par une phase de sommeil paradoxal. Il faut savoir que le sommeil lent est divisé en deux parties : il y a tout d’abord le sommeil lent léger durant lequel les activités oculaires et cérébrales sont réduites. A ce moment-là, il est encore facile de réveiller le dormeur par des bruits et ou de la lumière. La seconde partie concerne le sommeil lent profond, où le corps est complètement au repos et où l’ensemble des muscles sont comme paralysés. Le dormeur est quasiment insensible aux perturbations extérieures.

Les cycles suivants sont faits de sommeil paradoxal, qui est une alternance entre le sommeil profond et la phase d’éveil.

Le rôle du sommeil profond

Il s’agit d’une phase réparatrice, essentielle au bon développement de l’organisme. Le corps humain produit du glucose pour refaire le plein d’énergie tout en procédant à l’évacuation des déchets. C’est également pendant le sommeil dit “profond” que les divisions cellulaires ont lieu. La sécrétion d’hormones est multipliée, notamment les hormones de croissance. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle une bonne qualité de sommeil est particulièrement importante chez les enfants.

En dehors de cela, le sommeil profond sert à renforcer les défenses immunitaires et à constituer une mémoire solide. Grâce à la communication entre le cortex et l’hippocampe, le cerveau peut en effet effectuer le tri dans les informations reçues au cours de la journée. Par la suite, il stocke les plus pertinentes et rejette le reste afin de pouvoir rester efficace.

L’importance d’un sommeil profond de qualité

Le sommeil lent occupe environ la moitié du temps de sommeil global. 60% de cette phase est consacrée au sommeil léger tandis que les 40% restants se voient attribués au sommeil profond. En tout, seulement 20 à 25% du temps de repos est réservé au sommeil profond. Concrètement, cela représente entre 40 minutes et 1 heure dans une nuit de sommeil moyenne, qu’il s’agisse ou non d’un gros dormeur.

Cette durée, qui tend à diminuer avec l’âge, ne paraît pas énorme et pourtant elle suffit largement, en principe, à redonner du tonus à l’organisme. Plus que la quantité, c’est donc la qualité qui prime. Un sommeil profond de piètre qualité provoque non seulement des coups de fatigue et des fringales, mais il favorise également certaines maladies comme le diabète de type 2.

Les solutions pour améliorer la qualité du sommeil

Ce que l’on ressent comme de la fatigue due au manque de sommeil est en réalité de la fatigue causée par une mauvaise qualité de sommeil lent profond. Une multitude de facteurs peut être à l’origine de ce phénomène : de mauvaises conditions externes bien sûr (matelas non adapté, bruits, lumières, climat… ), mais aussi des maladies, le stress ou encore l’âge. Heureusement, il existe des solutions simples permettant de mieux dormir :

  • Le mode de vie joue un rôle primordial puisque la consommation de repas légers le soir, ainsi que la pratique régulière d’activités physiques, améliorent les nuits ;
  • Les massages (prodigués par un professionnel ou par soi-même) peuvent soulager les douleurs musculaires qui perturbent le sommeil ;
  • La méditation et la sophrologie aident à se relaxer et à dormir vite et mieux.
Le sommeil profond : qu’est-ce que c’est ?
4.5 (90%) 8 votes