Le sommeil paradoxal : qu’est-ce que c’est ?

Durant le sommeil, le cerveau passe par 4 à 6 stades différents. L’un de ces stades est le sommeil paradoxal, encore connu sous le nom de sommeil REM (Rapid Eye Movement). Durant cette phase, on observe un déplacement rapide des yeux dans différentes directions. Dans les lignes qui suivent, nous verrons ce qu’on entend réellement par sommeil paradoxal, sa durée et son rôle.

L’entrée dans le sommeil paradoxal se déroule généralement durant les 90 premières minutes après avoir trouvé le sommeil et, comme le cycle de sommeil est itératif durant toute la nuit, le sommeil paradoxal se produit plusieurs fois par nuit. Il représente environ 20 à 25 % du cycle de sommeil d’un adulte et plus de 50 % de celui d’un nourrisson. La majorité des rêves surviennent durant ce stade, et l’on pense qu’il joue un rôle dans l’humeur et l’apprentissage de la mémoire.

Qu’est-ce que le sommeil paradoxal ?

Le cycle de sommeil commence par un sommeil non-paradoxal, avant de passer au stade du sommeil paradoxal. La première étape du sommeil paradoxal dure généralement 10 minutes, chaque phase s’allongeant progressivement. La phase finale de ce sommeil peut durer jusqu’à 1h. Durant le sommeil paradoxal, le corps et le cerveau subissent plusieurs changements, notamment :

  • un mouvement rapide des yeux ;
  • une respiration rapide et irrégulière ;
  • une augmentation du rythme cardiaque (jusqu’à des niveaux proches du réveil) ;
  • des changements de la température du corps ;
  • un accroissement de la pression artérielle ;
  • une activité cérébrale identique à celle observée en état d’éveil ;
  • l’excitation sexuelle chez les hommes et les femmes ;
  • une augmentation de la consommation d’oxygène par le cerveau ;
  • des tics du visage et des membres.

Chez la majorité des gens, un état de paralysie temporaire est ressenti quand le cerveau signale à la moelle épinière d’arrêter de bouger les jambes et les bras. Cette absence d’activité musculaire est connue sous l’appellation d’atonie et peut être un mécanisme de protection pour prévenir les blessures qui pourraient être causées par la réalisation des rêves.

Pourquoi avons-nous besoin du sommeil paradoxal ?

Les scientifiques ne savent toujours pas pourquoi l’activité des rêves est si importante pour la santé du cerveau, mais ils s’entendent pour dire qu’il est primordial d’avoir une quantité adéquate de sommeil paradoxal. Il s’agit en effet du stade du sommeil associé à la sensation de rafraîchissement au moment où vous vous réveillez après une bonne nuit de sommeil.

Cependant, c’est bien plus que cela ! Lorsque les stades du sommeil sont interrompus, le sommeil paradoxal est parfois sacrifié, car c’est le dernier sommeil du cycle à se produire avant que le cycle de sommeil ne se répète. Pendant une nuit intégrale de sommeil continu, le cerveau a l’occasion de faire un nettoyage en profondeur afin d’éliminer les neurotoxines comme certains déchets que l’on retrouve chez des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Toutefois, un sommeil interrompu signifie moins de sommeil paradoxal, ce qui signifie moins d’occasions de traiter l’information et moins de temps passé à nettoyer le cerveau de protéines toxiques. Les personnes qui n’ont pas assez de sommeil paradoxal peuvent en outre être exposées à un risque plus élevé de maladie d’Alzheimer et de Parkinsonisme, et elles sont plus susceptibles de se réveiller sans se rafraîchir et d’éprouver de la somnolence diurne.

En somme, le sommeil paradoxal est un stade très important de notre sommeil. De façon idéale, il a lieu toutes les 90 minutes environ. En outre, chaque période de sommeil paradoxal est idéalement plus longue que celle qui l’a précédée. Il permet entre autres de faire le nettoyage en profondeur du cerveau, offre un sentiment de rafraîchissement au réveil et bien plus encore.

Le sommeil paradoxal : qu’est-ce que c’est ?
4.6 (91.11%) 9 votes