Insomnie : comment dormir rapidement ?

Le sommeil est indispensable à l’équilibre physique et physiologique. Il tient d’ailleurs une place importante dans notre vie puisque nous lui consacrons un tiers de notre temps. Pour retrouver un bon sommeil rapidement, on apprend au corps à se contrôler. Parfois, il est conseillé de suivre des séances de relaxation ou d’entamer une psychothérapie pour modifier son comportement face à l’insomnie. En cas de dérèglement progressif, il ne faut pas hésiter à consulter un médecin. Découvrez nos différentes méthodes pour remédier aux troubles du sommeil.

Définir l’agenda du sommeil

La première des choses à demander à une personne qui souffre d’insomnies est de constituer un agenda du sommeil sur lequel seront notés tous les matins, au réveil, de nombreux renseignements quotidiens sur le sommeil. Cela permet à une personne, d’apprécier la qualité du sommeil, le nombre de réveils au cours de la nuit, les répercussions dans la journée et l’évolution de ces insomnies d’une séance à l’autre.

Ensuite, différents traitements peuvent alors être utilisés pour retrouver un sommeil de bonne qualité et de délaisser les somnifères et les anxiolytiques. Ils sont adaptés au type d’insomnie elle-même et à la personnalité de chacun.

La méthode de relaxation physiologique : une détente musculaire

Pour s’endormir, le corps doit être dans un état de détente physique. La relaxation à orientation physiologique par la méthode de Schultz, est une méthode de contrôle de la respiration ventrale. La perception de lourdeur du corps entraîne une détente musculaire. D’autres pourront proposer la technique de Jacobson qui consiste à contracter très fort les muscles pour mieux les détendre par la suite. Ce type de relaxation se pratique au cabinet d’un médecin, d’un psychologue ou d’un relaxologue. En trois à quatre semaines, les résultats seront étonnants.

La relaxation psychologique

C’est une méthode qui consiste à détendre le corps et l’esprit. Ce qui gêne l’endormissement, c’est un flux d’idées ou de soucis. On apprend donc au sujet à mieux contrôler les images de la pensée grâce à la représentation mentale. On lui demande, par exemple, de penser à un lac, à des odeurs, et même à des sensations tactiles comme sentir la brise sur son visage, puis de renouveler l’expérience avant de s’endormir.

Un travail sur le comportement

Il s’agit de travailler sur l’environnement et notamment sur les stimuli favorisant l’endormissement. Chez l’insomniaque, les déclencheurs que peuvent être la lecture, un verre de lait chaud ne fonctionnent plus ou, au contraire, deviennent des déclencheurs de réveil. Alors les médecins conseillent à ces personnes de ne se servir de leur lit que pour dormir. S’ils n’arrivent pas à s’endormir au bout de 15 minutes, ils doivent se lever, aller dans une autre pièce et attendre d’avoir réellement sommeil. Pour se détendre, il est nécessaire de boire une tisane au tilleul ou de lire un bon livre.

La méthode douce par la phytothérapie

La médecine par les plantes permet de s’adapter à chaque cas, en corrigeant les perturbations à l’origine des troubles du sommeil. Dans cette indication, trois catégories de plantes peuvent être prescrites.

  • Les sédatives : marjolaine, mélilot, verveine, millepertuis ou saule blanc.
  • Les antispasmodiques : basilic, mélisse, ballote, tilleul ou aubépine.
  • Les hypnotiques : oranger, bigaradier, coquelicot, passiflore, houblon, escholtzia et valériane.

Il est possible de trouver ces plantes en vrac ou conditionnées en sachets chez un herboriste. Toutefois, les gélules de poudre de plantes sont disponibles en pharmacie. En moyenne, il convient de prendre trois gélules avant le dîner et trois autres au coucher, ou bien une seule ampoule avant de se mettre au lit.

Amelie Lens

Diplômée d'un Master en Journalisme à Lyon. Journaliste maison et décoratrice d'intérieur depuis son enfance, elle est joviale et maniaque du bien-faire. Mais avant tout : adoratrice du la mayonnaise !