Marc Lemoine 14 novembre 2023 3

Heure du coucher : tout dépend de votre chronotype, découvrez-le !

Quelle est l’heure optimale pour se coucher pour une nuit réparatrice ? N’écoutez pas l’idée reçue selon laquelle se coucher tôt garantit un meilleur sommeil. C’est plutôt l’écoute de votre corps et la compréhension de votre propre rythme circadien qui sont la clé.

Écouter son corps : la clé pour un sommeil réparateur

Il est essentiel de se coucher lorsque les premiers signes de fatigue apparaissent (yeux qui picotent, bâillements, nuque raide). Forcer le sommeil en se couchant trop tôt peut conduire à l’insomnie et à une association négative avec le lit. Notre sommeil est structuré en cycles d’environ 90 minutes. Ignorer les signes de somnolence peut entraîner le manque d’une phase d’endormissement, retardant ainsi le sommeil jusqu’au prochain cycle. Écoutez votre corps pour comprendre à quelle heure vous devez vous coucher.

Les besoins en sommeil varient selon les individus et sont influencés par plusieurs facteurs : l’âge, les gènes, les hormones.

Il existe différents chronotypes (lève-tôt, couche-tard, etc.) qui déterminent nos heures d’activité optimales.

Les 4 chronotypes reconnus

Respecter son chronotype naturel favorise un sommeil de meilleure qualité et une meilleure santé générale.

Voici les quatre grands chronotypes :

  • Les “nocturnes”, souvent appelés “couche-tard”, trouvent le début de la journée plus ardu mais gagnent progressivement en énergie. Leur moment le plus productif se situe en fin de journée.
  • À l’opposé, les matinaux se lèvent aisément et sont immédiatement opérationnels, bien que leur vitalité diminue au fil de la journée, avec une fatigue plus marquée en soirée.
  • Il y a aussi ceux qui maintiennent un niveau d’énergie constant tout au long de la journée, les “pleins d’énergie”, alignés sur le cycle naturel jour/nuit.
  • Enfin, certains, souvent plus tendus, ont un rythme perturbé et rencontrent des difficultés à dormir, ce qui affecte leur comportement et leur rythme quotidien. Ce sont les “petits dormeurs”.

Un chronotype n’est pas figé. Si, comme nous l’avons vu, il est influencé par de nombreux facteurs, il peut également évoluer selon les habitudes. En travaillant par exemple de nuit, vous pouvez modifier votre chronotype et avoir du mal à retrouver des habitudes de sommeil classiques en trouvant un emploi avec un rythme en journée.

Adapter son heure de coucher à son rythme

Les contraintes horaires peuvent ne pas correspondre à notre chronotype naturel. Il est donc important d’évaluer la durée de sommeil nécessaire et d’adapter son heure de coucher en conséquence, en tenant compte de l’heure de réveil imposée. Faites cet effort d’adapter votre heure de coucher à votre rythme, et de comprendre ce qui fonctionne pour vous. Il reste tout de même un point important concernant la durée de votre sommeil, et cela peut varier selon l’âge, que vous soyez jeune ou plus vieux.

Comprendre et respecter son propre rythme biologique pour un sommeil réparateur est primordial. Vous devez mener cette réflexion personnelle sur vos habitudes de sommeil et réaliser une adaptation consciente de vos horaires de coucher pour améliorer votre qualité de vie.

*Tousaulit est soutenu par les lecteurs. Afin de garder notre indépendance, certains liens présents dans nos comparatifs et tests sont affiliés et peuvent nous rémunérer.
À propos de l'auteur
Marc Lemoine

Je m'appelle Marc Lemoine, expert en literie depuis 10 ans. J'ai aidé des milliers de personnes à améliorer leur sommeil grâce à mes connaissances approfondies en matelas et accessoires de sommeil. Chaque conseil est un pas vers des nuits réparatrices.