Comment avoir un sommeil réparateur ?

Les français sont de plus en plus à la recherche d’un sommeil réparateur. Ce dernier est tout simplement indispensable. C’est lui qui permet d’indiquer à chaque individu, au matin, s’il a bien dormi ou non. Une personne ayant un bon sommeil réparateur sera celle qui ne s’est pas réveillée dans la nuit et qui aura une sensation de plénitude au réveil.

Une étude démontre que les médecins généralistes ont constaté avoir une demande croissante de patients qui sont à la recherche de conseils pour dormir efficacement et retrouver le sommeil réparateur qui leur manque.

Ce n’est pas une étape facile à obtenir, on en convient. En fonction de chaque personne, cela sera différent. Cet article est là pour vous apporter quelques pistes élémentaires pour vous permettre d’obtenir le bon sommeil réparateur qu’il faut. Nous allons vous partager quelques astuces qui pourront bien fonctionner sur vous.

Définition du sommeil réparateur

Le sommeil réparateur peut avoir différentes sensations d’une personne à une autre. Globalement, il s’agit d’avoir un sommeil d’une bonne qualité. Le terme « réparateur » veut signifier que c’est le type de sommeil qui permet de bien récupérer et de se sentir bien dans sa peau et dans son corps le matin, au réveil.

En réalité, comme vous le comprendrez, la définition officielle du « sommeil réparateur » est propre à chacun. Cela signifie qu’il est très important pour chaque individu de savoir précisément analyser son sommeil. Ainsi, il verra très rapidement si le sommeil d’une nuit a été réparateur (ou non) pour lui.

Être capable d’analyser son propre sommeil

Nous comprenons parfaitement que cette démarche soit complexe pour vous. En effet, l’évaluation du sommeil n’est pas évidente puisque le dormeur est dans un état inconscient. Il n’est pas facile de savoir réellement s’il se souvient de sa nuit ou non.

D’après notre expérience, on peut vous suggérer plusieurs conseils pour arriver à évaluer correctement la qualité de sa nuit. Tout d’abord, il suffit de s’interroger : « est-ce que j’ai bien dormi ? ». Sans vraiment réfléchir, votre réponse sera du tac-o-tac. Elle va vous donner une première piste très intéressante.

Puis, vous allez pouvoir analyser plus en détail votre réponse. Par exemple, avez-vous eu des difficultés à vous endormir ou non ? Est-ce que le réveil a été difficile avec des problèmes pour sortir du lit ? Enfin, une question délicate est de savoir si vous êtes capable de détecter le nombre de réveils que vous avez effectués au coeur de la nuit. Nous en convenons : même pour nous, cette dernière étape est très complexe, voire impossible dans certains cas, tout simplement parce que notre corps est dans l’inconscient.

Il est possible que des personnes dorment très mal sans s’en rendre compte. On pense en premier lieu aux apnées du sommeil. Ces dernières peuvent avoir des conséquences importantes sur leur santé… Malheureusement, ces personnes ne sont pas conscientes de ce qu’il se passe dans leur tête.

Une astuce toute simple pour avoir des éléments de réponse

Nous allons vous partager une astuce toute simple qui va vous aider à savoir si vous avez passé une bonne nuit de sommeil (ou non).

Il suffit d’attendre la fin de la journée et de savoir si vous avez passé une bonne journée. Nous ne parlons pas d’une bonne journée sur le plan des bonnes nouvelles, mais sur le plan physique. Vous êtes-vous senti en forme ? Avez-vous eu des difficultés à mener votre journée à son terme ?

Si vous avez ressenti l’un de ces états (fatigue, mauvaise humeur, difficultés à réfléchir et à faire fonctionner la mémoire, une chute de vos performances physiques ou l’envie de dormir), c’est que votre sommeil n’a pas été assez réparateur.

Il existe des profils de personnes pour qui le sommeil réparateur va avoir d’autres incidences. On pense, en tout premier lieu, aux individus qui vont avoir une mauvaise perception du sommeil non réparateur alors que la journée, sur le plan physique, s’est très bien déroulée.

Cette sensation est loin d’être agréable, surtout au quotidien, mais avec le temps et quelques exercices appropriés, vous allez finir par retrouver une meilleure perception et une analyse plus approfondie de votre sommeil.

Le sommeil est universel sans l’être. Tout le monde a besoin de sommeil, c’est une certitude scientifique. En revanche, tout le monde n’a pas les mêmes besoins de sommeil. Il existe de gros dormeurs qui ont besoin de 8 à 10 heures de sommeil par nuit, quand d’autres pourront se contenter de seulement 7 heures de sommeil. Dans tous les cas, vous devez écouter votre corps et faire en sortes de bien dormir pour avoir une bonne qualité de sommeil (réparateur).

Nos astuces et conseils pour adopter un bon sommeil réparateur

Les conseils que nous allons donner vont fonctionner sur la grande majorité de nos lecteurs et vous en faites sûrement partie.

Le sommeil réparateur s’acquiert très facilement. Votre hygiène de vie peut être chamboulée tellement ce sont de petits détails qui font la différence.

Toutes les astuces que nous allons évoquer dans cette partie sont tirées de plusieurs études scientifiques réalisées sur le sommeil réparateur.

L’écoute de votre corps, avant tout

Vous devrez prendre le temps d’écouter votre corps et de respecter ses besoins biologiques. Il arrive que des personnes aient besoin de plus de sommeil que vous, pour vous sentir dans la même forme que vous au réveil. C’est normal, chaque horloge biologique est différente d’une personne à une autre.

Pour cela, il est très important de connaître ses besoins de sommeil et de tout mettre en oeuvre pour les respecter.

Nous vous recommanderons chaudement de vous fixer des horaires fixes, aussi bien pour le coucher que pour le réveil. À force de trop changer d’heures, vous allez avoir un dérèglement plus ou moins important et cela peut avoir des répercussions dommageables. On vous les déconseille.

En vous couchant à des heures fixes et régulières, vous allez gagner en qualité de sommeil.

Les personnes qui ne veulent pas se lever dans le week-end, malgré ce que le cerveau demande, font une erreur. Elles vont provoquer un dérèglement de l’horloge biologique.

Apprenez à vous écouter, cela signifie aussi que lorsque c’est le temps d’aller dormir parce que votre corps vous le fait comprendre, allez vous coucher. Plusieurs signes sont là pour vous le montrer : l’endormissement dans le canapé devant la télévision, les yeux qui commencent à piquer et les paupières qui mettent plus de temps à s’ouvrir.

Enfin, dans cette partie, on peut aussi vous préconiser une petite sieste après le déjeuner… si vous n’êtes pas sujet à des problèmes pour vous endormir le soir.

Avoir un environnement adapté et qui protégera votre sommeil

La chambre où vous allez dormir doit répondre à plusieurs critères différents. On va vous suggérer une chambre qui n’est pas à côté d’une source sonore, de ne pas avoir de télé dans la chambre, ni même l’opportunité de manger dans la chambre. C’est un lieu entièrement réservé au sommeil, et à rien d’autre.

La température de la chambre ne doit pas dépasser les 18°C. On préconise une température de 16°C la journée et 18°C le soir. La couette est là pour vous réchauffer pour les plus frileux.

Le choix de la literie, notamment du matelas, va être déterminant. Sans cette présence, vous risquerez fortement de vous confronter à des difficultés plus ou moins importantes, pour acquérir le sommeil réparateur que vous recherchez.

Pour les amoureux des animaux, notamment des chats et des chiens, il faut savoir que pour conserver une bonne nuit de sommeil, il n’est pas recommandé d’avoir son animal de compagnie à proximité. C’est une source de réveils.

Bien que ce soit plus complexe pour la nouvelle génération qui arrive, il ne faut pas consulter un écran avant de dormir, même pour lire un livre numérique. Il est préférable d’opter pour un livre en papier, avec une petite lumière qui favorise l’endormissement.

Apporter un soin de qualité à votre hygiène de vie

La caféine est un excitant, c’est bien connu. Le café est très bon pour stimuler l’énergie du corps au sein de la journée, mais ce n’est pas recommandé le soir, avant de dormir. Pour mieux vous aider, on vous suggère de ne plus prendre de café après 16H.

La caféine est un élément qui va rester à l’intérieur de votre corps et le rendre dynamique… Votre qualité de sommeil en sera altérée.

Votre hygiène de vie va fortement conditionner la qualité de votre sommeil. Il est important de prendre le temps de faire une activité physique en plus de votre quotidien. Si vous travaillez dans un bureau, depuis votre domicile, prenez un animal de compagnie comme le chien et faites 2 heures de balade, tous les jours (en une seule fois ou en deux fois), pour vous obliger à marcher, à observer la nature et à soulager votre esprit. Vous serez plus détendu au moment de vous coucher.

Le soir, le repas doit être léger. En hiver, un simple bol de soupe maison avec plusieurs légumes peut convenir. C’est léger et le corps ne travaillera pas trop à la digestion. Vous ne le perturberez pas avant de dormir. Tout comme il est vivement conseillé de manger, au moins, deux heures avant de se coucher.

Le choix des aliments va être important. Les glucides lents comme les pâtes, le pain et le riz vont favoriser le sommeil (en petites quantités pour limiter la prise de poids). En revanche, certaines protéines comme la viande rouge vont encourager l’éveil.

L’alcool et le tabac ne sont pas conseillés, au même titre que les somnifères pris sans l’avis d’un médecin généraliste qui vous suit.

Enfin, le matin, au réveil, trouvez la routine (petit-déjeuner, douche chaude, musique…) qui vous permet d’être épanoui et heureux dans votre corps et votre tête.

Tout le monde peut trouver un sommeil réparateur. Ce n’est pas insurmontable, loin de là.

Lire aussi : Combien de temps faut-il dormir ?

Amelie Lens

Diplômée d'un Master en Journalisme à Lyon. Journaliste maison et décoratrice d'intérieur depuis son enfance, elle est joviale et maniaque du bien-faire. Mais avant tout : adoratrice du la mayonnaise !